Les captives financières, également désignées sous le terme de captive de financement, se consacrent principalement à soutenir financièrement les initiatives d’investissement ou les opérations crédit-bail de leur entreprise mère. Certes, elles ne sont pas directement rattachées aux activités financières, mais leur impact dans le domaine des affaires demeure significatif. En France, ces entités sont soumises à la régulation de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et sont fréquemment utilisées comme moyen d’obtenir des financements alternatifs aux options offertes par les marchés financiers et les banques traditionnelles. Les entreprises en France adoptent généralement cette approche en créant des captives financières afin de soutenir leur projet d’investissement, réduisant ainsi les risques de marché et les coûts associés.

La captive financière, qu’est-ce que c’est ?

Une captive financière, comme vous pourrez le voir si ce site web, est établie dans le but de soutenir financièrement les opérations de crédit-bail pour les investissements d’une entreprise mère, dont l’activité principale n’est pas orientée vers le secteur financier. La société financière captive peut-être détenue intégralement ou partiellement par la société mère et peut servir de moyens pour lever les fonds sur les marchés financiers ou encore en emprunter à la société mère ou à d’autres filiales au sein du groupe. 

Quel est le mode de fonctionnement d’une captive financière ?

Le mécanisme opérationnel de la captive financière repose sur emprunt de fonds, que ce soit auprès de la société mère ou sur les marchés financiers. Ces fonds sont ensuite utilisés pour effectuer des prêts ou des investissements dans les opérations de crédit-bail ou les projets d’investissement de la société mère. Les profits générés par ces opérations sont par la suite réinvestis dans la captive financière ou, sous forme de dividendes, distribués à la société mère.

Quels sont les risques liés aux captives financières ?

Comme c’est le cas pour toute activité financière, les captives financières comportent leur lot de risques. Un défaut de remboursement de la part de la captive peut avoir des répercussions sur la solvabilité de la société mère, compromettant ainsi sa capacité à trouver du financement dans le futur.

 Par ailleurs, les captives financières peuvent être assujetties à des réglementations rigoureuses, entraînant des coûts additionnels pour l’entreprise. Enfin, la mise en place d’une captive financière peut également engendrer des risques de conflits d’intérêts, surtout lorsque la société mère exerce un contrôle à la fois sur la captive financière ainsi que sur les opérations que cette dernière finance.

Que peut-on conclure ?

 On peut conclure en disant que les captives financières représentent des entités susceptibles d’apporter d’importants avantages aux entreprises. En optant pour la création d’une captive financière, les entreprises sont en mesure d’élargir leurs sources de financement, diminuer les risques liés au marché, d’assurer le maintien de la liquidité et d’optimiser leur situation fiscale. Toutefois, il faut noter que les captives financières comportent également des risques et nécessitent une régulation stricte afin d’éviter d’éventuels conflits d’intérêts.