D’après les études réalisées par les autorités gouvernementales, La France se place au 10e rang mondial des consommateurs de chocolat. Plus précisément, une consommation moyenne de 6,4 kg par an par habitant a été enregistrée. Dans le but de répondre spécifiquement aux attentes sociétales des consommateurs et de garantir leur sécurité, de véritables précautions ont été prises dans l’étiquetage des chocolats.

Quelles sont les exigences de la DGCCRF ?

En France, il existe une réglementation qui est relative à l’étiquetage des chocolats et disponible sur ce site internet. Celle-ci est particulièrement régie par la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Il s’agit notamment d’une organisation qui remplit un triple objectif vis-à-vis du secteur industriel actuel. 

En effet, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente comme une institution particulièrement établie pour contrôler et réglementer la composition des produits chocolatés. Par la même occasion, elle est spécialisée dans la création et dans la gestion des exigences en matière d’étiquetage. Cette organisation s’assure de l’application et du respect de la réglementation en vigueur. Son champ d’action s’étend sur les fournisseurs, les importateurs et les détaillants finaux.

L’objectif principal de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes vise à effectuer un contrôle continu afin de garantir le développement des étiquettes. Il s’agit notamment de celles qui permettent aux consommateurs d’avoir des informations claires et précises sur le produit à acheter. Cela nécessite clairement le respect strict de chacune des 5 catégories précisées dans la législation française.

En cas d’utilisation abusive d’une des catégorisations par un fournisseur, un importateur ou un détaillant final, la DGCCRF peut le qualifier de fausse information. Cela débouchera sur de lourdes sanctions à l’encontre de ses responsables. Plus précisément, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes effectuera un rapport en précisant les violations faites par l’entreprise et les erreurs commises.

Règles de composition et étiquetage des chocolats français

Depuis quelques années, La France figure parmi l’un des pays les plus importants de l’Union européenne en matière de gestion et de ventes des produits chocolatiers. Pour limiter au maximum les contrefaçons et garantir la santé des consommateurs, un document a été publié par l’UE. Il est intitulé Directive européenne 2000/36/CE. Dans ce dernier, plusieurs paramètres fondamentaux ont été énumérés pour la préparation et l’étiquetage des produits chocolatiers. La France a donc adopté toutes ces mesures au marché national par la promulgation du décret n° 2003-702 du 29 juillet 2003. En jetant un coup d’œil sur la structure de ce document, vous verrez que cela repose particulièrement sur la formulation de 5 grands paramètres qui définissent le marché du chocolat français.